Ronnie Mutimusekwa

Je n’ai pas réussi à trouver une image de Ronnie Mutimusekwa

Source Wikipédia
Ronnie Mutimusekwa (1955-1992) a été le premier militant de la lutte contre le sida au Zimbabwe, en Afrique. Ronnie Mutimusekwa (nom de naissance Rogers Mutimusakwa) était un citoyen zimbabwéen qui a fait la une des journaux internationaux en 1989 lorsqu’il a révélé publiquement qu’un homme hétérosexuel avait été diagnostiqué comme étant atteint du VIH/sida. Son objectif était de briser le tabou qui entoure le sida, dans l’espoir d’inspirer d’autres personnes comme lui et de contribuer aux efforts de prévention. À l’époque, on pensait à tort que le VIH/sida était un problème mineur au Zimbabwe, limité aux hommes homosexuels et aux femmes prostituées.

Mutimusekwa a travaillé sans relâche pour sensibiliser le public à la maladie, racontant son histoire dans les écoles, les églises et les brasseries. Il a créé un groupe de soutien pour les personnes atteintes du sida, appelé Ihawu (Bouclier), dont il était le président. Ihawu a organisé des réunions dans des parcs et des usines où les membres ont tenté d’éduquer le public. Mutimusekwa a reçu des fonds de l’UNESCO et du Matabeleland AIDS Council pour ouvrir un bureau à Bulawayo, où il a contribué à développer des méthodes éducatives pour la prévention du sida dans les zones rurales, comme le théâtre communautaire. L’histoire de Mutimusekwa a également été incluse dans du matériel pédagogique à l’étranger. Presque tous les enfants du Zimbabwe reçoivent actuellement un enseignement sur le VIH et le sida à l’école.

La publicité faite autour de la confession de Mutimusekwa a déclenché une série de changements dans l’attitude à l’égard du VIH/sida au Zimbabwe. La propagation de la maladie a atteint son apogée en 1997, lorsque plus d’un quart de la population a été estimé infecté, puis ce chiffre a progressivement diminué pour atteindre environ 13 % en 2017.

Ronnie Mutimusekwa est décédé le 13 juillet 1992 à Njube, une commune de Bulawayo, et a été enterré dans le village de Mutimusakwa, dans la région de Mhondoro.

Source New York Time (By Jane Perlez,Nov. 24, 1989)

Ronnie Mutimusekwa, un vendeur ambulant de 34 ans infecté par le virus du sida, tente de sensibiliser le public à la maladie au Zimbabwe, où l’on doute de sa propagation rapide.

Il a raconté son histoire publiquement pour faire comprendre aux Zimbabwéens ce que c’est que d’être séropositif, et ce récit mélancolique a fait la une des principaux journaux en septembre. Premier récit personnel d’un patient atteint du sida au Zimbabwe, il explique en détail comment sa femme et son enfant ont également été infectés.

Le pire, a déclaré M. Mutimusekwa dans les rapports, a été d’être jeté hors de la maison de ses parents. Sa mère a brûlé toutes ses casseroles par crainte que la famille élargie n’attrape la maladie par leur intermédiaire, et sa femme l’a abandonné.

M. Mutimusekwa a décrit ses anciennes habitudes personnelles – des relations sexuelles avec 15 femmes différentes sur une base régulière – et a poursuivi en affirmant que les Zimbabwéens devraient changer. Il a déclaré qu’il s’était réconcilié avec la mort.

Source Prabook

Mutimusekwa a travaillé sans relâche pour faire connaître la maladie, racontant son histoire dans les écoles, les églises et les brasseries. Il a créé un groupe de soutien pour les personnes souffrant du syndrome d’immunodéficience acquise, appelé Ihawu (Bouclier), dont il était le président. Ihawu organise des réunions dans des parcs et des usines, où ses membres tentent d’éduquer le public.

Mutimusekwa a reçu des fonds de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture et du Matabeleland Acquired Immune Deficiency Syndrome Council pour ouvrir un bureau à Bulawayo, où il a contribué à développer des méthodes éducatives pour la prévention du syndrome d’immunodéficience acquise dans les zones rurales, comme le théâtre communautaire.