Psychodiagnostik (2010–2014)

Pascal Lièvre va réaliser entre 2010 à 2014 de nombreux tests de Rorscharch ou Psychodiagnostik, en peintures d’abord avec sa performance Mad in France, puis ensuite avec des paillettes. D’Alexander Mc Queen, à Daniel Buren en passant par Warhol ou Rorscharch l’artiste joue à fabriquer autant de tests possibles et souligne ainsi cette tendance de l’art contemporain depuis une dizaine d’années où de nombreux artistes travaillent ce motif récurant devenu au fil des ans une forme dominante. La série Psychodiagnostik de Pascal Lièvre convoque le pouvoir psychédélique de ces formes sans identité fixe, capables d’incarner toutes sortes de signifiants. En cherchant en effet à faire apparaître la psyché, ces reprises de l’exercice de Rorschach poétisent la cure introspective tout en proposant une individualisation forte de l’expérience esthétique. Le contour externe pour tout repère, le spectateur complète et invente le tracé interne, se prêtant lui-même à cette expérience d’auto-affection diagnostique. Mais en tant que parodies, images pop et pailletées, elles annoncent aussi une incrédulité sur la réelle pertinence scientifique de ces tests: que disent-ils du sujet sinon son incroyable créativité, sa possibilité infinie d’associer les idées ? La série met alors en avant la force plastique du matériau : son habillage de paillettes noires, accrochant la lumière, fait même valoir une certaine élégance, un effet de brillance qui ajoute à l’artificialité des formes que le public y projette. La série constitue un répertoire de formes psychanalytiquement connotées, oscillant entre déterminisme des structures du sujet et contingence de l’individualité. Florian Gaité, 2014.

Psychodiagnostik (2010–2014)

Pascal Lièvre had realized between 2010-2014 many tests of Rorscharch or Psychodiagnostik, first with paintings with his performance Mad in France, then with glitter. From Alexander Mc Queen to Daniel Buren, Rorscharch or Warhol the artist plays to make all possible tests and underlines this trend of contemporary art for ten years. The Psychodiagnostik series of Pascal Lièvre convene the psychedelic power of these forms with no fixed identity, able to embody all kinds of signifiers. Seeking in effect to reveal the psyche, these repetitions of Rorschach exercises poetize introspective cure while providing a strong individualization of the aesthetic experience. The viewer completes and invents the internal layout, lending itself to this experience self-diagnostic condition. But as parodies, pop and glitter images, they also announce disbelief on the actual scientific relevance of these tests: what do they say about the otherwise incredible creativity, infinite possibility of associating ideas? The series then highlights the strength of the plastic material: a buildup of black sequins, hanging light, even argues a certain elegance, a gloss effect that adds to the artificiality of the forms that public plans there. The series is a repertoire of forms psychoanalytically connoted, oscillating between determinism of the subject structures and contingency of individuality. Florian Gaité, 2014.